BestBend réinvente l'art du cintrage

Écrit sur

Certains clients ont des exigences parfois très particulières.  Ou les plus impossibles, semble-t-il parfois.  Il en va de même chez BestBend.  Le spécialiste belge du cintrage de profilés métalliques, a engrangé il y a quelques mois une commande pour un prestigieux méga projet de cintrage.

BestBend devra cintrer à cet effet près de 65 000 mètres de profilés en aluminium.  Et cette commande n'est pas venue d'elle-même.  Oui, de la créativité a été nécessaire, parfois non conformiste du genre «out of the box thinking».  Non seulement la commande en a résulté, mais également une extension du savoir-faire technique de la société belge.

Le métier du cintrage

BestBend est spécialisée dans le cintrage de profilés métalliques, de poutres, de tubes et de rails.  La société de Heist-op-den-Berg réalise ces travaux depuis plus de 40 ans pour divers types de projets dans des secteurs divers.  Tout comme pour les autres spécialistes en cintrage, le procédé est toujours identique : un profil est cintré suivant un rayon bien défini, à l'aide d'une cintreuse.  Cela nécessite toutefois un certain savoir-faire.  Il faut des années d'expérience, de technique et de connaissances avant qu'un « cintreur » maîtrise le métier.  Cette tâche, pour cette raison, n'est pas pour rien définie comme un « artisanat ».

Lors du cintrage d'un profilé, ce dernier est positionné entre 3 rouleaux.  Le profilé est véritablement étiré, en flexion positive ou négative.  En d'autres mots, le profilé est cintré par-dessus ou par dessous.  Mais une double flexion, positive et négative, pour un même profilé ? Et cela, pour une longueur de 65 000 mètres de profilés ? C'est une autre histoire.

“Lorsque nous avons reçu cette requête, nous avons dû y réfléchir à deux fois", explique le directeur général Jan De visscher.  “Non pas que nous ne l'ayons jamais fait chez Best Bend.  Il nous arrive fréquemment de recevoir des requêtes de cintrages aux formes les plus diverses.  Vu d'un point de vue technique, il s'agit de réaliser des flexions tant positives que négatives, sur le même profilé.  Aucun problème en soi, sauf que les opérations sont récurrentes.  Toujours le même procédé, toujours le même cintrage, toujours avec la même qualité, supérieure.  Et cela n'était pas possible avec les mêmes procédures de travail”, explique De visscher. 

À partir d'une feuille vierge

“C'est la raison pour laquelle nous avons décidé de faire table rase des méthodes traditionnelles de fabrication”, poursuit De visscher.  “Le fait d'aborder le problème systématiquement sous le même angle et avec les mêmes procédures, a pour résultat que nous sommes systématiquement confrontés aux mêmes problèmes récurrents.  Il était par conséquent nécessaire de prendre un peu de recul et de repartir à partir d'une feuille blanche.  Nous avons redéfini nos méthodes de travail étape par étape, et avons de cette façon réinventé l'art du cintrage”, explique fièrement De visscher.  “Le résultat peut être souligné : chez BestBend, nous sommes désormais capables, à partir d'une nouvelle technique de cintrage, de réaliser les pièces aux formes les plus disparates, et cela, même pour de très grandes quantités.  Avec des flexions tant positives que négatives pour un seul et même profil.  De façon systématiquement répétitive, au cintrage et au résultat identiques."

Un large éventail d'applications

BestBend est ainsi capable d'offrir une large gamme de solutions techniques, au plus grand avantage de la clientèle.  “Ce genre de cintrages complexes n'est pas uniquement applicable au type de projet prestigieux que nous avons engrangé, mais par exemple également pour des stands d'exposition avec ce petit plus qui fait la différence.  BestBend est capable aujourd'hui d'offrir de nombreuses solutions supplémentaires à sa clientèle.  Bien évidemment, avec la même qualité et les mêmes prix compétitifs auxquels le public est habitué”, conclut De visscher.

Conseils personnalisés?

Conseils personnalisés?